Définitions des différentes pédagogies - Lettres et langue française Définitions des différentes pédagogies

Définitions des différentes pédagogies

Comment vous parler d'école, d'enseignement, d'apprentissage sans vous parler de pédagogie? L'un va difficilement sans l'autre. Appliquer des pédagogies revient à comprendre l' individu, à interpréter ses attitudes, à l'aider à développer ses potentialités. «I En apprenant, on s'éduque, c'est-à-dire on développe ses capacités, et en s'éduquant, on développe les conditions affectives et cognitives de tout apprentissage futur »

Quelles définitions pouvons-nous proposer concernant ce terme fréquemment utilisé?

- «La pédagogie serait la science de l'éducation. Le mot pédagogue, d'origine grecque, signifie conducteur d'enfants. On appelait d'abord pédagogue l'esclave chargé de conduire les enfants à l'école. Aujourd'hui, le pédagogue est celui qui dirige intellectuellement et moralement les plus jeunes ». 
- « Le terme pédagogie désigne les méthodes et pratiques d'enseignement et d'éducation ainsi que toutes les qualités requises pour transmettre un savoir quelconque. La  pédagogie serait donc l'art d'éduquer, d'enseigner, de transmettre un savoir ou une expérience par des méthodes adaptées à un individu ou un groupe d' individus ».

Si vous faites quelques recherches, vous vous rendrez compte qu'il existe un grand nombre de pédagogies. On parle souvent de pédagogies traditionnelles, actives, technologiques et socialisées. Chacune a ses particularités, ses spécificités mais 5 éléments principaux reviennent systématiquement : l'apprenant, l'enseignant, le savoir, la communication et la situation. Tous ces éléments étant ordonnés vers une finalité : instruire, éduquer, former. . . Du côté du maître, de l'enseignant, il s'agit d'apprendre, socialiser,. . . et du côté de l'apprenant, de l'élève, de s'épanouir, de s'autonomiser. . .

Parmi les pédagogies existantes, nous rencontrons :

La pédagogie DECROLY

Ovide Decroly, médecin et psychologue belge (1871/1932), en est le fondateur. Sa théorie trouve son fondement dans la relation. Selon lui, la relation est nécessaire pour assurer les trois besoins fondamentaux: se nourrir, affronter le milieu et se défendre contre les dangers.
L'intérêt et la motivation au travail vont naître de l'implication de l'enfant dans le rapport social et de la découverte de lui-même comme sujet actif dans la société. Ce sens (désir de relation) qui apparaît aux yeux de l'enfant va le stimuler à observer, associer et s'exprimer.
Selon Decroly, l'école doit se constituer en petite communauté, au sein de laquelle la discipline est assurée par le groupe et les charges réparties entre les élèves. Cette pédagogie préconise « l'initiative et la responsabilité personnelle et collective, le respect de la personne dans la singularité, la solidarité, la valorisation des rapports sociaux, la tolérance, le respect de la différence». La priorité est donnée à l'épanouissement personnel, à la créativité et au plaisir.

La pédagogie MONTESSORI

La pédagogie Montessori, créée en 1907 par Maria Montessori, est une méthode d'éducation dite ouverte. Sa pédagogie repose sur l'observation de l'enfant qui amène l'éducateur à poser les gestes appropriés pour favoriser son apprentissage.
La méthode Montessori vise à favoriser le développement de l'enfant en le plongeant dans une ambiance créée sur mesure et adaptée à ses besoins psychologiques. Les outils sont : la manipulation d'objets, le matériel « Montessori » (outils pédagogiques), le jeu. I ls sont adaptés à l'âge de l'enfant et tiennent compte des étapes successives d'évolution de sa personnalité.
L'enfant est libre de choisir son activité parmi celles qui lui sont proposées et il l'effectue à son rythme. Cette pédagogie part du principe que la «débilité » chez l'enfant est due au manque d'intérêt de celui-ci pour les sensations.

La pédagogie ACTIVE, dont fait partie FREINET 

Cette pédagogie a pour objectif de rendre l'apprenant acteur de ses apprentissages, afin qu'il construise ses savoirs à travers des situations de recherche. Pour Piaget, théoricien du constructivisme, «O on ne connaît un objet qu’en agissant sur lui et en le transformant ». 
La pédagogie active se réfère historiquement à Adolphe Ferrière qui, dès 1918, est parmi les premiers à utiliser l'appellation "école active". En 1921, il crée la Ligue internationale pour l'éducation nouvelle.
Freinet, dès 1924, est un autre acteur important de l'évolution des pratiques pédagogiques françaises. Il est le père de la dynamique de groupe et de la pédagogie institutionnelle. Il institue les promenades scolaires (1922), la méthode nouvelle d'éducation populaire basée sur l'expression libre par l'imprimerie à l'école (1924), la coopérative scolaire (1924), la correspondance inter-scolaire (1926), la publication de textes et de dessins d'enfants (1927), le dessin libre (1931), les fichiers auto-correctifs (1932), le tâtonnement expérimental (1943), etc.
En bref: l'enseignant n'a pas un statut de « maître » détenteur du savoir en face de l'élève qui « ignore ». L'enfant apprend au départ de ses connaissances; il avance par tâtonnements et se construit une méthode de recherche, un esprit critique, d'analyse et de synthèse.

La pédagogie DIFFÉRENCIÉE

La recommandation de différencier ses enseignements remonte, en 1963 aux U.S.A. , et en France en 1973, avec Louis Legrand, qui essaie de la faire appliquer dans le secondaire en 1983.
Cette pédagogie part du constat que dans une classe, un professeur doit enseigner à des élèves ou des étudiants ayant des capacités et des modes d'apprentissages très différents. Elle tente de donner une réponse à cette hétérogénéité des classes par des pratiques adaptant à chaque élève les programmes d'études, l'enseignement et le milieu scolaire. Bien souvent, l'enseignant ne va plus être le centre de la classe, mais va mettre l'enfant ou l'activité comme intérêt central.

La pédagogie de PROJET 

Dans la pédagogie de projet, l’élève est associé à l’élaboration des savoirs. Cette pédagogie prend appui sur la motivation suscitée par la réalisation d’une production ou d’une réalisation concrète qui donne du sens aux apprentissages mis en œuvre pour y parvenir.
C’est pourquoi, après avoir identifié le problème à résoudre, il est indispensable de définir : 
  - un ensemble cohérent de tâches dans lesquelles tous les élèves sont à même de s’impliquer ;
  - des compétences disciplinaires mais également des compétences transversales, compétences qui font l’objet d’une évaluation en cours et à la fin du projet. 
La pédagogie de projet induit des phases d’acquisition (compétences et connaissances) et des phases de réinvestissement des acquis ; le réinvestissement peut également trouver sa place en dehors du projet, dans un autre cadre d’enseignement ou d’éducation. Elle permet en outre, en s’ouvrant au monde extérieur à l’école, la rencontre ou l’intervention d’experts et d’acteurs externes.
                                        Céline GENOT, animatrice à la FFEDD
                                        Académie versailles 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire