Les règles de la nouvelle orthographe en bref

Au cours des siècles, la langue française a largement évolué, et son orthographe a fait l’objet de plusieurs réformes. Aujourd’hui, l’orthographe du français connait une nouvelle évolution. Ce document vous présente de façon synthétique les rectifications orthographiques (« nouvelle orthographe ») proposées par les instances francophones compétentes, parmi lesquelles l’Académie française. L’emploi de la « nouvelle orthographe » n’est pas imposé, mais il est recommandé. 
1- Les numéraux composés sont systématiquement reliés par des traits d’union.
vingt-et-un / deux-cents / un-million-cent / trente-et-unième
2- Dans les noms composés (avec trait d’union) du type pèse-lettre (verbe + nom) ou sans abri (préposition + nom), le second élément prend la marque du pluriel seulement et toujours lorsque le mot est au pluriel.
un compte-goutte ➨ des compte-gouttes
un après-midi ➨ des après-midis
3- On emploie l’accent grave (plutôt que l’accent aigu) dans un certain nombre de mots (pour régulariser leur orthographe), au futur et au conditionnel des verbes qui se conjuguent sur le modèle de céder, et dans les formes du type puissè-je.
événement ➨ évènement
4- L’accent circonflexe disparait sur i et u. On le maintient néanmoins dans les terminaisons verbales du passé simple, du subjonctif, et dans cinq cas d’ambigüité.
coût ➨ cout
entraîner, nous entraînons ➨ entrainer, nous entrainons
paraître, il paraît ➨ paraitre, il parait
5- Les verbes en -eler ou -eter se conjuguent sur le modèle de peler ou de acheter. Les dérivés en -ment suivent les verbes correspondants. Font exception à cette règle appeler, jeter et leurs composés (y compris interpeler).
j’amoncelle ➨ j’amoncèle
amoncellement ➨ amoncèlement
tu époussetteras ➨ tu époussèteras
6- Les mots empruntés forment leur pluriel de la même manière que les mots français et sont accentués conformément aux règles qui s’appliquent aux mots français. Les mots anciennement en -olle et les verbes anciennement en -otter s’écrivent avec une consonne simple. Les dérivés du verbe ont aussi une consonne simple. Font exception à cette règle colle, folle, molle et les mots de la même famille qu’un nom en -otte (comme botter, de botte).
corolle ➨ corole
frisotter, frisottis ➨ frisoter, frisotis
7- Le tréma est déplacé sur la lettre u prononcée dans les suites -güe- et -güi-, et est ajouté dans quelques mots.
aiguë, ambiguë ➨ aigüe, ambigüe
ambiguïté ➨ ambigüité
arguer ➨ argüer
8- Comme celui de faire, le participe passé de laisser suivi d’un infinitif est invariable.
elle s’est laissée maigrir ➨ elle s’est laissé maigrir
je les ai laissés partir ➨ je les ai laissé partir