La croissance de l’apprenant à travers la lecture des romans

La croissance de l’apprenant à travers la lecture des romans :

1 - favoriser l’enrichissement du vocabulaire :

Sans aucun doute, le bienfait étroitement lié à la lecture en générale est d’augmenter son vocabulaire, mais en lisant une œuvre on découvre des nouveaux mots qu’on peut employer quotidiennement dans un contexte réel, tout comme l’emploi de ces mots dans l’œuvre elle-même car dans la plupart des cas elle est inspirée de la réalité.

La diversification des sujets abordés promeut chez l’apprenant la capacité de communiquer l’importe quelle idée avec les autres, on peut dire que l’enrichissement de son vocabulaire peut efficacement faire avancer la compétence narrative. Grace à la présence massive de la description, et au vocabulaire technique qui est relatif au fonctionnement de la vie quotidienne, les enseignants peuvent conduire des activités de base sur la polysémie, l’antonymie, la synonymie, les figures de styles, et les familles des mots, car généralement on apprend ces notions à partir des mots déjà connus par les apprenants, on peut donc grâce au romans viser l’acquisition des connaissances lexicales qui permettent la maîtrise du vocabulaire familier et puis encore les capacités de production.

2 - Améliorer la mémoire :

Pour bien raconter une histoire, l’apprenant doit se rappeler d’une multitude d’informations, sur les personnages et leurs caractères, sur leurs descriptions et leurs actions principales et secondaires, tout ça représente une masse d’informations à retenir, qui nécessite un retour détaillé à la mémoire.

En effet le roman  instruit et présente des connaissances sur pleins de sujets différents, qui vont sans doute augmenter les capacités de rétention de mémoire, car la proximité des textes réalistes avec la réalité des lecteurs leurs offre la possibilité de revoir sa mémoire à plusieurs reprises durant sa vie, cela permet à l’apprenant de penser à chaque fois ce qu’il vient de lire et d’exercer régulièrement sons sens critique sur les événements qui ont eu lieu dans son passé ou son présent, ou même sur les événement qui peuvent être arrivés aux autres personnes qui l’entoure, il peut également expliquer ce qu’il vient de lire, chose qui va l’aider à rafraîchir sa mémoire.

Plusieurs recherches sur ce domaine ont confirmé que la mémoire est sélective, car elle retient plus facilement les mots dont l’on a besoins dans notre vie quotidienne, notre mémoire peut donc efficacement retenir le vocabulaire réaliste d'un roman car il s’agit d’un vocabulaire qu’on a besoin de l’utiliser chaque jour dans notre vie, il est donc indispensable pour vivre avec soi et avec les autres.

3 - Développements des compétences d’analyses :

Comme déjà signalé, les écrivains des romans font preuve d’un incroyable talent en ce qui concerne l’analyse rigoureuse des faits, car ils portent dans leurs écrits un grand désir de montrer aux lecteurs des situations très concrètes fondées sur des observations rationnelles et très précis est exécutées après une bonne documentation et une prise de notes, cette capacité d’analyse des détails de la réalités est également bénéfique et elle peut être transmit à l’apprenant, qui lui permet de raconter des histoires avec des descriptions des personnages bien développée et avec un intrigue fluide.

C’est en analysant la vie, que les écrivains des romans abordent dans leurs écrits des sujets sur le malheur des peuples, sur l’abondant des valeurs, le racisme…etc. il faut donc discerner les différentes parties des sujets décrits.

4-  Le style de rédaction :

La lecture des romans  va peut-être avoir un effet sur le style de rédaction de l’apprenant, car observer les styles des écrivains  aide l’apprenant à déterminer les éléments de base d’une rédaction qui sont les registres de langue, les procédés littéraires et les figures de styles.

Le projet réaliste des écrivains les obligent à mêler les registres de langue, et n’excluent aucun registre, car d’ailleurs ils n’excluent aucune description d’aucune société et d’aucun personnage et d’aucun événement, sans oublier que le développement de la science à influencer sur les écrits réalistes, et il a créé un lexique spécifique, les écrit réalistes rendent compte des changements dans les différents domaines, et l’écrivain des romans et un bon conservatoire de la réalité, il prend donc en considération dans ses écrits tous les aspects.

« La langue du roman gagne alors en rigueur et en scientificité….le raisonnement est volontiers inductif, l’écriture recherche des lois générales, le narrateur maîtrise les savoirs…en un mot il ne s’agit pas seulement de raconter, il faut analyser. » 
Pour effectuer un travail professionnel, le narrateur doit maîtriser plusieurs savoirs et plusieurs capacités, car copier la nature nécessite l’introduction de plusieurs compétences, dont la compétence d’analyse.

5 - L’acquisition des notions de base de la narration :

Sur le plan de la structure de texte (schéma narratif et actanciel), l’enseignant doit analyser les textes supports avec ses apprenants, ensemble ils vont déduire les étapes de la narration des textes et la formulation de chaque schéma, cette étape est très importante pour acquérir la compétence narrative, car sans méthodologie et sans structure on ne peut jamais avancer, l’importance de l’étude des schéma narratifs et actanciels est de maintenir du texte et assurer un bon enchaînement entre les événements racontés, à la fin l’apprenant peut raconter son histoire en respectant la succession logique de ses événements, en s’inspirant de la cohérence et la cohésion des textes réalistes, le travail consiste alors de travailler sur la narratologie des écrivains réalistes.

1 commentaire: