Des mots français qui s'écrivent de plusieurs manières

1- Cacahuète/cacahouète
De l'espagnol "cacahuete", cacahuète n'a longtemps eu qu'une seule orthographe. Jusqu'à ce que l'Académie française décide en 1990 d'autoriser la version "cacahouète" qui, on doit l'avouer, est beaucoup plus cool.
2- Clé/clef
Dans "clef", le f est la dernière trace de clavis, qui n'est autre que la racine latine du mot. L'orthographe "clé", plus récente, a elle été tirée du pluriel de clef qui n'avait pas de f.
3- Cuillère/cuiller
Un peu comme pour clé/clef, le mot "cuiller" a évolué vers "cuillère" dès la fin du XVIIIe siècle. Certains expliquent cela par le fait que le rajout du "e" facilite la prononciation.
4- Resurgir/ressurgir
Formé à la base par le préfixe "re" accoler au verbe "surgir", resurgir ne prenait qu'un seul "s". Cette exception à l'éternelle règle du double "s" entre deux voyelles étant assez perturbante, l'orthographe "ressurgir" - bien que pas jojo - est désormais acceptée.
5- île/isle
Il semblerait que plus grand monde utilise encore "isle", mais avouez quand même que c'était beaucoup beaucoup plus classe.
6- Ognon/oignon
Ça pique les yeux, oui, mais depuis les rectifications orthographiques du français de 1990 on a complètement le droit d'écrire "ognon". Si vous nous aimez ne serait-ce qu'un tout petit peu, s'il vous plait ne le faites pas.
7- Ailloli/aïoli
Quand "aïoli" serait la version occitane, "ailloli" serait elle l'orthographe catalane. En effet, en occitan l'ail se dit "aï", alors qu'en catalan ça se dit "all", d'où les deux versions de ce même mot.
8- Pizzéria/pizzeria
Emprunt direct à l'italien, "pizzeria" a récemment été francisé avec un bon gros accent qui n'a pas grand-chose à foutre là. Heureusement, l'orthographe "pizzeria" est encore largement prédominante.
9- Saoul/soul (circonflexe sur le "u")
Du latin satullus ("rassasié"), saoul était l'orthographe première. Néanmoins, "soûl" a été rapidement admis par nos petits copains de l'Académie française. Et comme tout va à vau-l’eau, on peut même désormais écrire "soul", sans l'accent circonflexe.
10- Feignant/fainéant
Participe présent du verbe "feindre", "feignant" désignait à l'origine quelqu'un qui faisait semblant de mettre du cœur à l'ouvrage. De sa proximité phonétique avec "fainéant", il en a, au fil du temps, pris le sens.