Le français perd du terrain au canada, y compris au Québec

QUÉBEC - La Société St-Jean-Baptiste (SSJB) a déclaré jeudi aux audiences sur l'immigration et la diversité que les allophones se comportent comme des anglophones et que ce n'est pas bon pour la culture québécoise.

«Le français en tant que langue maternelle régresse, le français parlé à la maison régresse, le français au bureau régresse», a déclaré le président du SSJB, Maxime Laporte.

La SSJB veut que le Québec freine les employeurs qui exigent que leur personnel parle anglais et incite davantage les immigrants à apprendre le français.

«Pour arrêter l'anglicisation et permettre à Montréal de récupérer son titre de deuxième plus grande ville francophone du monde», a déclaré M. Laporte aux participants aux audiences.

Maka Kotto explique que environ la moitié des immigrants qui arrivent à Montréal ne parlent pas français.
Il y a une grande peur que le français soit en train de perdre du terrain"
Richard Bourhis, chercheur sur la diversité à l'UQAM, a présenté un message globalement plus positif à la commission. «Les anglophones du Québec sont bilingues et ils sont les courtiers interculturels, les courtiers interlinguistiques qui aident les nouveaux immigrants non seulement à apprendre le Québec et à s'intégrer mais comprennent la nécessité d'apprendre le français.

Les Québécois français devraient cesser de se sentir si peu sûrs, «Les francophones québécois ont un contrôle total à l'Assemblée nationale, les francophones du Québec occupent la plupart des postes dans l'administration publique québécoise.

"En ce sens, les francophones du Québec devraient se sentir plus en sécurité dans leur capacité d'accueillir des gens d'autres cultures."

La ministre de l'Immigration de la province, Kathleen Weil, a convenu que l'anglais n'est pas une menace. "Nous voyons beaucoup de personnes qui sont trilingues et c'est OK."